Covid-19 en France: vaccination ouverte aux plus de 55 ans dès lundi

Magazine santé, l'actu Santé

Magazine santé, l'actu Santé

Covid-19 en France: vaccination ouverte aux plus de 55 ans dès lundi

Le samedi 10 avril 2021 à 12:15 virus santé santé virus épidémie santé virus épidémie

Covid-19 en France: vaccination ouverte aux plus de 55 ans dès lundi

Une infirmière prépare une dose de vaccin Pfizer/BioNTech dans un centre de vaccination à Nantes, le 9 avril 2021
Une infirmière prépare une dose de vaccin Pfizer/BioNTech dans un centre de vaccination à Nantes, le 9 avril 2021

Tous les 55 ans et plus seront éligibles à la vaccination à partir de lundi, avec l'AstraZeneca ou bientôt le vaccin de Johnson & Johnson, et l'intervalle d'injection pour la 2e dose sera allongé pour le Pfizer-BioNTech et le Moderna, a annoncé dimanche le gouvernement.

"Dès demain, tous les Français de plus de 55 ans, sans conditions, pourront recevoir" l'AstraZeneca, a indiqué le ministre de la Santé Olivier Véran au Journal du dimanche. Ils pourront également recevoir celui de Johnson & Johnson, livré en France pour la première fois à compter de lundi et qui va aussi intégrer le circuit des pharmacies et de la médecine de ville.

Pour cette nouvelle catégorie de population, "on invite les personnes à se tourner en priorité vers leur médecin généraliste, les pharmaciens et infirmiers", plutôt que dans les centres de vaccination destinés aux plus de 70 ans, a précisé le ministère de la Santé.

Des fioles du vaccin AstraZenaca, le 11 mars 2021 à Paris
Des fioles du vaccin AstraZenaca, le 11 mars 2021 à Paris

Depuis le 19 mars, la France réserve aux plus de 55 ans le vaccin du laboratoire anglo-suédois AstraZeneca, après des cas rares mais graves de troubles de la coagulation observés uniquement sur des patients moins âgés. Mais les candidats devaient jusqu'à présent avoir des facteurs de comorbidité pour prétendre à la vaccination.

- Espacement des injections -

Le vaccin fabriqué par Janssen-Cilag (groupe Johnson & Johnson), qui ne nécessite qu'une injection, est quant à lui autorisé depuis le 12 mars par la France, qui en attend 600.000 doses en avril.

Nombre quotidien d'injections de premières et deuxièmes doses des vaccins contre le nouveau coronavirus en France
Nombre quotidien d'injections de premières et deuxièmes doses des vaccins contre le nouveau coronavirus en France

Les deux autres vaccins, produits par Pfizer/BioNTech et Moderna, seront ouverts aux plus de 60 ans "à compter du 16 avril", a rappelé Olivier Véran.

Autre nouveauté, la vente en pharmacie d'autotests de dépistage du Covid-19 sur prélèvement nasal, pour les personnes asymptomatiques de plus de 15 ans, a été autorisée par un arrêté publié dimanche au journal officiel.

A l'heure actuelle, la vaccination est en théorie ouverte à 18/19 millions de personnes: les plus de 70 ans, les résidents d'Ehpad, les professionnels de santé et les personnes fragiles. Selon l'Insee, la France compte plus de 12 millions de 55-69 ans, mais une partie d'entre eux était déjà éligibles à cause de comorbidités ou de pathologies.

Fin avril, si les livraisons sont respectées, la France aura reçu 28 millions de doses au total.

Un centre de vaccination installé dans un hall d'exposition, à Nantes, le 9 avril 2021
Un centre de vaccination installé dans un hall d'exposition, à Nantes, le 9 avril 2021

Pour aller plus vite, le ministre a aussi annoncé qu'à compter du 14 avril, "pour toutes les premières injections" de vaccin à ARN messager de Pfizer-BioNTech et Moderna, "nous proposerons un rappel à 42 jours au lieu de 28 actuellement". Une nouvelle stratégie qui doit conduire à accélérer les premières doses et "nous faire gagner 1,8 million d'injections sur la seconde quinzaine de mai".

Ce délai rallongé avait été préconisé dès janvier par l'agence française du médicament (ANSM) et la Haute autorité de santé (HAS), mais le gouvernement n'avait alors pas suivi cette recommandation.

- Bientôt 100.000 morts -

La cadence de la campagne vaccinale est un enjeu crucial pour le gouvernement, au moment où la France est frappée par une violente troisième vague de l'épidémie de Covid-19.

Mais pour l'épidémiologiste Antoine Flahault, interrogé par le JDD, tout miser sur le vaccin pour sortir de la crise ressemble à "un pari hasardeux. Et risqué".

Graphique montrant l'évolution des hospitalisations et des réanimations en France, au 10 avril
Graphique montrant l'évolution des hospitalisations et des réanimations en France, au 10 avril

Il voit trois hypothèses qui pourraient limiter l'efficacité de cette stratégie: "Si de nouveaux variants émergent et mettent en péril l'efficacité des vaccins; si l'acheminement ne se fait pas au rythme voulu; si les problèmes rencontrés par le vaccin AstraZeneca se posaient avec d'autres vaccins et remettaient en question l'adhésion de la population".

A ce jour, le taux de couverture vaccinale avec deux doses approche les 75% chez les résidents des Ehpad, mais atteint seulement 35% chez les 75-79 ans en ville, 9% chez les 70-74 ans, 4% chez les 65-69 ans.

La situation est redevenue très tendue à l'hôpital, conséquence d'une épidémie hors de contrôle en mars, poussée par le variant anglais, plus contagieux, du coronavirus.

Des gendarmes contrôlent un automobiliste sur l'A10, entre Paris et Bordeaux, le 9 avril 2021 à Virsac, pendant le confinement et à la veille des vacances de Pâques
Des gendarmes contrôlent un automobiliste sur l'A10, entre Paris et Bordeaux, le 9 avril 2021 à Virsac, pendant le confinement et à la veille des vacances de Pâques

Dimanche, au premier week-end de vacances de Pâques confinées, 5.838 patients atteints par le virus étaient soignés dans les services de réanimation, chiffre toujours en hausse, sur une capacité actuelle portée à 8.000 lits de réa toutes pathologies confondues. Le bilan des décès continue de grossir, à près de 99.000 depuis le début de l'épidémie. La France devrait atteindre cette semaine la barre des 100.000 morts, déjà dépassée en Italie ou au Royaume-Uni.

Rare signe encourageant, avant même la fermeture des écoles, la circulation du virus a continué de progresser la semaine dernière, mais de manière moins rapide que les précédentes, "ce qui peut témoigner d'un ralentissement", a avancé Santé publique France. Mais s'il devait se confirmer, le freinage de l'épidémie n'aura d'effets à l'hôpital qu'une à deux semaines plus tard.

Par Andréa BAMBINO, Hugues HONORÉ, © 2021 AFP


A LIRE AUSSI :

Trouvez votre conseiller

Rechercher

Ma santé facile


Expérimenté(e) ou jeune diplômé(e),
découvrez vos opportunités de carrière.