Décès de Naomi Musenga: pas d'autres sanctions contre le Samu de Strasbourg, affirme Buzyn

Magazine santé, l'actu Santé

Magazine santé, l'actu Santé

Décès de Naomi Musenga: pas d'autres sanctions contre le Samu de Strasbourg, affirme Buzyn

Le jeudi 21 juin 2018 à 08:27 gouvernement secours social

Décès de Naomi Musenga: pas d'autres sanctions contre le Samu de Strasbourg, affirme Buzyn

Marche silencieuse en hommage à Naomi Musenga, le 16 mai 2018 à Strasbourg
Marche silencieuse en hommage à Naomi Musenga, le 16 mai 2018 à Strasbourg

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a indiqué jeudi qu'il n'y aurait pas d'autres sanctions après le départ du responsable du Samu de Strasbourg, à la suite du rapport de l'Igas sur la mort de Naomi Musenga dont l'appel de détresse n'avait pas été pris au sérieux.

"Pour l'instant, sur Strasbourg les sanctions ont été prises (...)", a-t-elle dit, interrogée sur Cnews sur d'éventuelles autres sanctions. L'opératrice qui a répondu a quitté ses fonctions et le responsable du Samu de Strasbourg a démissionné.

Mme Buzyn a rappelé qu'elle avait demandé aux urgentistes une "feuille de route" pour le 1er juillet pour améliorer les service d'urgences et notamment les procédures internes avec la mise en place d' une "démarche qualité".

Interrogée sur la nature de la faute commise, Mme Buzyn a répondu que, "comme tous les Français, il suffit d'avoir écouté cette bande pour savoir qu'il y a eu un dysfonctionnement grave avec un manque d'humanité qui est intolérable quand on parle de quelqu'un de malade", a-t-elle dit.

"Je ne peux pas dire si on aurait pu la sauver ou pas", a-t-elle ajouté, "le rapport (de l'Igas, ndlr) ne le dit pas".

Les proches de Naomi Musenga durant une marche en hommage à la jeune femme le 16 mai 2018, à Strasbourg
Les proches de Naomi Musenga durant une marche en hommage à la jeune femme le 16 mai 2018, à Strasbourg

"La procédure générale de régulation" appliquée par le Samu au moment du décès le 29 décembre 2017 de Naomi Musenga n'était "pas conforme aux recommandations de bonnes pratiques" et "source de risque pour les patients", a souligné mercredi l'Inspection des affaires sociales (Igas).

L'Igas pointe les réponses "non adaptées de l'assistante de régulation médicale" qui avait employé un "ton dur, intimidant et déplacé face (aux) demandes d'aide réitérées" de la jeune femme, décédée à l'âge de 22 ans.

FREDERICK FLORIN, © 2018 AFP


A LIRE AUSSI :

Trouvez votre conseiller

Rechercher

Ma santé facile

recrute !


Expérimenté(e) ou jeune diplômé(e),
découvrez vos opportunités de carrière.