Virus: quinze jours "difficiles" en France, accélération des transferts de malades

Magazine santé, l'actu Santé

Magazine santé, l'actu Santé

Virus: quinze jours "difficiles" en France, accélération des transferts de malades

Le dimanche 29 mars 2020 à 04:00 santé virus épidémie

Virus: quinze jours "difficiles" en France, accélération des transferts de malades

Une file d'attente devant l'entrée d'un supermarché le 28 mars 2020 à Paris
Une file d'attente devant l'entrée d'un supermarché le 28 mars 2020 à Paris

Le gouvernement prépare les Français à une première quinzaine d'avril "difficile" et accélère dimanche les évacuations sanitaires de malades souffrant du coronavirus, pour soulager les régions les plus touchées par l'épidémie.

"Les 15 premiers jours d'avril seront encore plus difficiles que les 15 jours qui viennent de s'écouler", a prévenu samedi le Premier ministre Edouard Philippe, alors que le bilan de l'épidémie faisait un nouveau bond en France, avec 319 morts supplémentaires à l'hôpital en 24 heures.

Le confinement a été prolongé jusqu'au 15 avril pour tenter d'interrompre la propagation du coronavirus, dont les cas lourds déferlent en Ile-de-France et menacent les services hospitaliers de saturation. Sur 1.500 places dans les services de réanimation de la région parisienne, 1.300 lits sont actuellement occupés.

"Le combat ne fait que commencer", a prévenu M. Philippe, qui a défendu la stratégie du gouvernement face aux critiques qui montent sur son manque de réactivité face à l'épidémie.

Le gouvernement compte passer à 14.000 lits en réanimation contre 5.000 au début de la crise, et la capacité à tester la population va être amplifiée, jusqu'à atteindre 80.000 tests par jour fin avril.

Face au manque criant de masques, qui a créé la polémique, plus d'un milliard de masques de protection ont été commandés, notamment à la Chine. "Un pont aérien étroit et intensif entre la France et la Chine a été mis en place de manière à faciliter les entrées des masques sur le territoire", a expliqué samedi le ministre de la Santé, Olivier Véran.

Selon les chiffres du gouvernement, la France produit 8 millions de masques par semaine, ce qui rend indispensable l'importation de ces matériels de santé durant la crise sanitaire.

- TGV médicalisés -

Evolution du nombre de cas et de décès de Covid-19 en France, en milieu hospitalier, au 28 mars
Evolution du nombre de cas et de décès de Covid-19 en France, en milieu hospitalier, au 28 mars

Le nouveau coronavirus a entraîné 319 nouveaux décès enregistrés à l'hôpital en 24 heures, portant le bilan à 2.314 morts en France depuis le début de l'épidémie, selon les chiffres publiés samedi par le gouvernement. Sur les 37.575 cas confirmés, 17.620 patients sont hospitalisés - dont 4.273 en réanimation - et 6.624 sont rentrés chez eux.

Pour aider les hôpitaux des régions durement frappées par l'épidémie, les évacuations sanitaires s'accélèrent encore dimanche, dans le cadre de l'opération Résilience lancée par Emmanuel Macron.

"Il faut libérer des lits, il faut absolument donner de l'air au service de réanimation. On est toujours dans une augmentation continue du nombre de patients", s'alarme le chef des urgences du centre hospitalier régional de Metz, François Braun.

uelque 36 patients du Grand Est vont ainsi être transférés, à bord de deux TGV médiQcalisés, vers des hôpitaux de Nouvelle-Aquitaine, une zone encore relativement épargnée, où ils devraient arriver dans l'après-midi.

Le ministre de la Santé Olivier Veran (D) et le Premier ministre Edouard Philippe lors d'une conférence de presse conjointe, le 28 mars 2020 à Paris
Le ministre de la Santé Olivier Veran (D) et le Premier ministre Edouard Philippe lors d'une conférence de presse conjointe, le 28 mars 2020 à Paris

Par ailleurs, 40 malades du coronavirus qui étaient hospitalisés dans les services de réanimation d'hôpitaux de Bourgogne-Franche-Comté sont en cours de transfert vers ceux de trois départements de la région Rhône-Alpes-Auvergne.

Deux malades de Metz ont aussi été évacués samedi par un hélicoptère militaire vers l'Allemagne et une nouvelle rotation vers ce pays d'un hélicoptère militaire, avec deux autres patients, sera "probablement" réalisée dimanche en début d'après-midi, selon François Braun.

- "Isolement" -

Un malade du Covid-19 est installé dans un hélicoptère militaire français qui va l'évacuer vers l'Allemagne, le 28 mars 2020 à Metz
Un malade du Covid-19 est installé dans un hélicoptère militaire français qui va l'évacuer vers l'Allemagne, le 28 mars 2020 à Metz

"La solution ne peut pas être de multiplier les trains sanitaires à travers le pays qui mobilisent des moyens matériels et humains disproportionnés par rapport au nombre de malades concernés", ont taclé samedi les médecins urgentistes de l'Amuf, lançant "un appel solennel" à la mobilisation de "l'ensemble de l'économie" pour gagner "la guerre sanitaire".

Le syndicat d'urgentistes considère que "la priorité aujourd'hui est d'augmenter immédiatement le nombre de lits de réanimation en mobilisant l'ensemble des ressources industrielles, logistiques et humaines du pays en mettant à l'arrêt toutes les activités non indispensables".

La situation dans les Ehpad continue à susciter l'inquiétude, puisque les personnes âgées sont parmi les plus à risque, même si le coronavirus peut frapper les jeunes, comme l'a rappelé cette semaine la mort d'une adolescente de 16 ans. M. Véran a souhaité aller vers "un isolement" en chambre individuelle de chacun de leurs pensionnaires.

Quatre résidents sont décédés ces cinq derniers jours dans un Ehpad des Vosges dont la moitié des 116 résidents sont considérés comme des "cas suspects" de contamination par le coronavirus, ont annoncé samedi l'ARS et la préfecture.

A propos des traitements, le ministre de la Santé a rappelé que la France et les pays voisins ont "initié un certain nombre d'études cliniques, de protocoles de recherche pratiques sur malades dans les hôpitaux pour tester plusieurs molécules thérapeutiques porteuses d'espoir, notamment l'hydroxychloroquine, mais également des molécules antivirales qui sont connues pour être efficaces dans d'autres types de maladies infectieuses".

Mais, a-t-il fait remarquer, "aucune n'a fait preuve de son efficacité en France et dans le monde. Je le déplore mais c'est là, hélas, un fait".

Par Paul RICARD, Alain JEAN-ROBERT, © 2020 AFP


A LIRE AUSSI :

Trouvez votre conseiller

Rechercher

Ma santé facile


Expérimenté(e) ou jeune diplômé(e),
découvrez vos opportunités de carrière.